Economie Info, Actualité de l'économie

L'actualité de l'économie

Communiqué de presse Economie Info, Actualité de l'économie
RSS Economie Info, Actualité de l'économie

Sècheresse : quelles sont les conséquences économiques pour les agriculteurs ?

Comment 2017, l’année 2018 aura connu une période intense de chaleur provoquant la sécheresse dans plusieurs départements français. À tel point que dimanche 5 août, le ministère de l’intérieur a placé 39 départements de la moitié nord de la France en alerte sécheresse avec une restriction de l’usage de l’eau. Bien que les nappes phréatiques est atteint un niveau record de remplissage à la fin du mois de juin, cela n’a pas eu beaucoup de conséquences sur la terre en surface. Pour les agriculteurs, cette sécheresse est clairement visible : la chaleur assèche l’herbe et le manque de pluie l’empêche de repousser. Si on ajoute donc certains départements français l’interdiction d’irriguer, cela devient absolument problématique. D’autant plus qu’il n’est pas toujours facile d’aller pomper l’eau directement dans les nappes phréatiques.

https://twitter.com/Place_Beauvau/status/1026007780988268544

Certaines activités très durement touchées

Si les éleveurs connaissent des difficultés pour donner une herbe fraîche à leurs bêtes, c’est encore plus compliqué pour les céréaliers cars les fortes pluies du printemps ont abîmé une grande partie des graines et la sécheresse actuelle les oblige à récolter avec plusieurs semaines d’avance car les plantes commencent déjà à jaunir. Il faut donc s’attendre à des récoltes maigres et de céréaliers qui vont connaître un impact direct sur leurs revenus.

Depuis le 1er août 2018, les moissons de blé achevé partout en France. Si cette situation n’est pas exceptionnelle dans le sud de la France la récolte peut débuter fin juin est terminée avant la mi-juillet, pour la partie nord de la France cela n’était pas arrivé depuis l’été 1976. Cette récolte précoce associée à un volume très faible. Plus grave encore, la vague de chaleur ayant touché toute une partie de la planète, c’est l’ensemble de la production planétaire de blé qui est en baisse. Il faudra donc s’attendre à des hausses de prises importantes.

La récolte du blé 2018 devrait chuter de près de 8 % par rapport à la moyenne des 4 années précédentes dites « normales » d’après l’institut spécialisé Agritel. C’est une baisse notable est importante mais loin d’être record comme durant l’année 2016 les récoltes françaises avaient chuté de 25 %.

Des baisses importantes mais pas catastrophiques

Tous les secteurs de l’agriculture devraient être touchés et impactés par cette sécheresse. Pourtant, elle ne devrait pas rester dans les annales comme une année record d’un point de vue des conséquences économiques. Si les pertes financières vont être importantes, elles auraient pu être encore plus graves si les nappes phréatiques n’avaient pas été remplies c’étaient notamment le cas durant les étés 1976 et 2003, où la sécheresse avait été une sécheresse de surface mais aussi une sécheresse en sous-sol car les nappes phréatiques, à l’époque, était vides. Certains agriculteurs ont donc pu faire des réserves d’eau et profiter pour continuer à irriguer sans trop consommer d’eau.

Malgré cette perte financière limitée, les sécheresses et leurs impacts socio-économiques vont continuer de concerner les agriculteurs dans les années à venir. La planète continue de se réchauffer d’année en année et les conséquences de plus en plus visibles : diminution pertes de récoltes et de semences, bétail en famine, feux de forêt, etc. Il en est de même pour des effets indésirables à long terme comme les dommages sur les seules, et particulièrement les seules argiles, les difficultés de production d’énergie, notamment pour produire du froid et de la climatisation lors des épisodes de chaleur, etc.

Communiqué de presse de admin |Proposé le 8 août 2018 |Commenter...